fr lb de it pt en
Colloque scientifique : Pas d’Humanité sans Parole
29 janvier 2016

L’icône, « verbum visibile » de l’Incarnation

Dr Emanuel Dobre (Faculté de Théologie Protestante, Université de Strasbourg)

Dr Emanuel Dobre (Faculté de Théologie Protestante, Université de Strasbourg)Cette contribution vise à présenter la sacramentalité de la Parole de Dieu telle qu’elle peut être mise en évidence dans les icônes. La théologie orthodoxe considère l’icône dans sa dimension doublement médiatrice : en tant qu’image, elle est porteuse d’un message et nous instruit sur l’œuvre que le Christ a réalisée pour notre salut – message transmis dans l’Église depuis les Apôtres et peint par les iconographes à l’aide des couleurs ; en tant qu’image sainte, l’icône rend présent le Christ, elle est porteuse de l’Évangile et donc de la grâce divine, ce qui permet de l’appeler « sacramentelle ». Cette dynamique médiatrice de l’icône est fondée sur l’unique réalité de l’Incarnation du Christ, dont l’icône se veut un témoignage, une présentation non-discursive mais non moins soutenue de la vérité de l’Incarnation. La portée « kérygmatique » (« martyrique ») de l’icône aide à rapprocher cette dernière à l’Écriture Sainte quant à la place qu’elle occupe dans la vie des fidèles : elle est adressée à l’être humain pour l’aider à avancer sur le chemin de la connaissance de Dieu et de l’appropriation du salut. Si l’icône est appelée « verbum visibile », c’est également pour souligner cet aspect dialogique qu’elle met en avant : l’icône affermit la foi du fidèle, mais obtient en même temps sa raison d’être lorsqu’elle est utilisée, car comme toute image, elle est dépendante de son « spectateur ». Sans le fidèle, l’icône n’a pas à exister.

Envisagée dans sa qualité de témoin de l’Incarnation et de l’expression de la foi du fidèle, l’icône peut être mise en relation avec les images religieuses ou les œuvres d’art religieux, voire d’art contemporain. Celles-ci sont souvent très riches de contenus chrétiens et font preuve d’une force d’expression conséquente : elles interpellent, invitent à l’introspection et obligent au retournement de l’esprit avant de se laisser comprendre. Sans vouloir proposer une équivalence entre l’icône et de telles images, il est possible de considérer certaines questions qui pourraient nourrir la réflexion sur la question de la sacramentalité de la Parole de Dieu : si l’icône est capable de rendre présent le Christ, et permet ainsi de parler de sa sacramentalité, une image religieuse le ferait-elle également ? Y a t il des critères qui aident à reconnaître une utilisation authentique des icônes ou à identifier une image religieuse en tant que porteuse d’Évangile ?

 
LUXEMBOURG SCHOOL OF RELIGION & SOCIETY
LSRS – Centre Jean XXIII
52 rue Jules Wilhelm
L-2728 Luxembourg

Twitter
Facebook
Linkedin
© Luxembourg School of Religion & Society
certains droits réservés . Some Rights Reserved

Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement
+352 43 60 51
office lsrs.lu