fr lb de it pt en
Revêtir l’invisible : La religion habillée
28 juillet 2020

La mode pour penser la religion

Récapitulatif sur l’avancement du projet, par Alberto Fabio Ambrosio

Le projet de recherche « Revêtir l’invisible : la religion habillée » porté par la Luxembourg School of Religion & Society et le Collège des Bernardins (Paris) a débuté en 2019. Il innove au moins sous deux aspects :

  • 1. En ce qui concerne l’objet même d’étude et de recherche – Qui dirait que la mode a quelque chose à dire à la religion ? Et qui aurait le courage de penser que la religion influence la mode ? Et enfin la mode est-elle un « système » qui finit par devenir « religieux » avec ses dogmes et ses impératifs ? Ou bien la religion devient-elle une « mode » ?
    Voilà les enjeux d’une telle recherche. Certes, des chercheurs se sont attelés à la tâche, mais il n’existe pas de véritable pôle de recherche sur « Mode(s) & Religion(s) ». Professeur de théologie et histoire des religions et directeur de recherche au Collège des Bernardins, je dirige ce projet avec Nathalie Roelens, professeure à l’Université du Luxembourg, assistés par un comité scientifique de chercheurs de renom surtout en milieu francophone.
  • 2. En ce qui concerne l’épistémologie et la méthodologie à mettre en place – Qui est légitimé pour faire ces recherches – et à quelles conditions ? Si on a suffisamment d’éléments pour faire des recherches, il n’est néanmoins pas si évident de « créer » un objet de recherche tel que celui qui explore les articulations entre la mode vestimentaire et les religions ou le fait religieux. Le deuxième défi est de taille, car si la « mode » est souvent considérée comme « frivole », le risque est de penser que « réfléchir à la mode et à la religion » soit d’autant plus frivole. Il n’en va certainement pas ainsi. La mode est la quintessence de la modernité qui, elle, interfère avec la religion.

Pour répondre à ces deux défis, le projet de recherche comporte :

  • A. Un volet de recherche commun aux différents chercheurs impliqués dans le projet grâce à des séances de séminaire. Depuis octobre 2019, trois séances en présentiel ont sondé la question d’une « mode modeste », pudique pourrait-on dire. Il s’agit de voir comment, directement ou indirectement, la mode « islamique » dite « modeste » a influencé le champ de la mode occidentale à tel point d’en faire un défi aussi pour les grandes marques. Modestie, luxe sont des concepts que nous travaillons. Nous reprendrons en présentiel au Collège des Bernardins en octobre 2020 et à la Luxembourg School of Religion & Society avec deux jours de séminaires le 26 et 27 novembre 2020 – pour autant que les conditions sanitaires le permettent.
  • B. Les séances de séminaires ne suffisent pas à mettre sur pied une telle recherche. La première porte le nom Vestire l’indicibile. Moda e religioni (dir. Alberto Ambrosio) ; franco-italienne, est hébergée par Mimesis Editore, maison d’édition milanaise, universitaire et bien diffusée. Elle est inaugurée par mon livre Dieu trois fois couturier. Mode, Église et théologie, publié d’abord en langue italienne, avec une préface du Cardinal Gianfranco Ravasi, préfet du Conseil Pontifical de la Culture. Cette œuvre pose les jalons d’une théologie du vêtement et de la mode.
    La deuxième collection est en phase de création ; d’autant plus internationale, elle sera publiée par Brill sous le nom Religion, Dress and Fashion.

Cette trame de recherche laisse entrevoir l’ensemble sans tout dévoiler car à l’instar du vêtement qui couvre pour dévoiler, la recherche découvre tout en laissant des voiles.

 
LUXEMBOURG SCHOOL OF RELIGION & SOCIETY
LSRS – Centre Jean XXIII
52 rue Jules Wilhelm
L-2728 Luxembourg

Twitter
Facebook
Linkedin
© Luxembourg School of Religion & Society
certains droits réservés . Some Rights Reserved

Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement
+352 43 60 51
office lsrs.lu